Escapade au bord de l’allier « camouflages et contestations » de Liu Bolin

Quelques mots sur Liu Bolin…

Né en 1973 à Binzhou dans la province du Shandong, Liu Bolin est aujourd’hui reconnu comme l’un des artistes chinois les plus célèbres au monde. Ayant grandis sous le régime dictatorial de Mao et devenu adulte sous la révolution culturelle, il a été le témoin d’une chine en pleine mutation, marquée par des bouleversements socio-économiques immenses depuis les 30 dernières années. Son art et ses créations s’inscrivent dans ce contexte de changements, en réponse aux impacts négatifs qu’ils provoquent sur la population. Diplômé de l’université du Shandong, il entre à l’académie centrale des beaux-arts de Pékin. En 2005, en prévision des futurs jeux olympiques de 2008 qui se dérouleront à Pékin, le gouvernement entame de nombreux travaux de démolition et de rénovation de la ville pour installer le village olympique. De nombreuses banlieues sont détruites dont le quartier de Suojacun ou se sont installés une communauté d’artistes désireux d’expérimenter un art moderne, à l’abri de la censure. En guise de protestation pacifique, Liu Bolin décide de poser devant son atelier détruit, son corps entièrement peint de telle sorte qu’il se fonde dans le décors. Cette première «photo-performance» est l’aîné d’une série de photographies «Hiding in the city» qui feront sa renommée à l’internationale.

Camouflages et contestations…

IMG_4288.JPG

Les touristes de passage à Vichy viennent régulièrement se promener sur les bords de l’alliée pour passer un moment à l’écart de la ville et auprès de la fraîcheur de l’eau. Certains viennent pêcher, d’autres lire ou pique-niquer, un lieu parfait pour se reposer. C’est ici qu’ont été installés des photographies de Liu Bolin constituant la série «Camouflages et contestations». Une quarantaine de photos différentes prises entre 2005 et 2015 se dressent le long de l’allié, jouant avec le regard des spectateurs.

Sur chacune d’elle, on peut voir Liu Bolin, devenu maître du camouflage, dont le corps et les vêtements sont entièrement peints, de manière à ce qu’ils se fondent dans le décors. Avec l’aide d’assistants qui le peignent de la tête aux pieds, Il se dissimule tour à tour dans un étalage de supermarché, une foret, une locomotive ou encore une porte de coffre-fort, posant parfois dans des lieux sensibles comme la place Tianamen à Pékin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au delà de l’aspect amusant et bien entendu très esthétique de l’exposition qui invite le spectateur à retrouver l’artiste dans chacun des tableaux, il est intéressant de se pencher d’avantage sur le terme «contestations» et l’aspect engagé de l’art de Liu Bolin. Les cadres de pose, certes variés ne sont pas choisis au hasard et reflètent chacun des aspects de la mutation de la société chinoise: la mondialisation, la surproduction, la consommation de masse, le travail forcé des enfants et des ouvriers ou encore l’invasion de la technologie dans le quotidien, parfois au détriment de l’homme.

Le message fondamental de l’œuvre de Liu Bolin se trouve dans le concept même de ses photographies où, au milieu des couleurs, des objets, des rues de la ville, l’homme passe finalement au second plan. A force de chercher à repousser les limites de la sciences , le progrès, la croissance économique et la puissance, la société perd en réalité ce qu’elle a de plus fondamental et ce qui la définissait au départ: l’humain.

Les rapports entre les hommes se ternissent à cause de l’omniprésence de la technologie, la surproduction entraîne un épuisement des ressources et une perte de la valeur des choses, la surpopulation provoque une perte de l’espace individuel et nécessite la construction de logements rapidement et souvent précaires. Le stress de la ville et la pauvreté entraîne des trafics illégaux, l’exploitation des enfants et des ouvriers, des conflits et de la violence…l’homme bien qu’omniprésent, vient à disparaître.

La surconsommation:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La destruction et la démolition :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

«Camouflage et contestation» est également témoin de la censure exercée par le gouvernement chinois, de l’absence de liberté d’opinion et d’expression, et en conséquence du risque pris par les artistes chinois pour dénoncer certains faits de société. Liu Bolin est un artiste engagé, il dénonce et est pourtant caché dans chacune de ses photographies.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Escapade au bord de l’allier « camouflages et contestations » de Liu Bolin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s